Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Pickles Maskoubi Topinambour Marinées au Vinaigre Sallet Mounetna 695g

Pickles Maskoubi Topinambour Marinées au Vinaigre Sallet Mounetna 695g

Pickles Maskoubi Topinambour au vinaigre Sallet Mounetna 0,650 g

Le topinambour s’accommode bien avec les champignons. Nous le conservons dans du vinaigre. On reproche souvent au topinambour d’être peu digeste. Pour limiter les effets indésirables, il est conseillé d’ajouter des pommes de terre à la cuisson, du bicarbonate alimentaire ou encore de la sauge. L’option pommes de terre convient parfaitement.

Les légumes macérés au vinaigre font partie intégrante de la gastronomie du Moyen-Orient. Ils représente l'accompagnement indispensable des grillades de viande - chawarma - des mezzés chauds - falafel - ou froid - houmous. 

De petits calibres, ce topinambour est croquant et acidulé.

Vous pourrez le déguster tel quel ou encore coupé en rondelles.

14,19 €
TTC 48h
Quantité:

Fermer

Pickles Maskoubi Topinambour au vinaigre Sallet Mounetna 0,650 g

Le topinambour s’accommode bien avec les champignons. Nous le conservons dans du vinaigre. On reproche souvent au topinambour d’être peu digeste. Pour limiter les effets indésirables, il est conseillé d’ajouter des pommes de terre à la cuisson, du bicarbonate alimentaire ou encore de la sauge. L’option pommes de terre convient parfaitement.

Les légumes macérés au vinaigre font partie intégrante de la gastronomie du Moyen-Orient. Ils représente l'accompagnement indispensable des grillades de viande - chawarma - des mezzés chauds - falafel - ou froid - houmous. 

De petits calibres, ce topinambour est croquant et acidulé.

Vous pourrez le déguster tel quel ou encore coupé en rondelles.

Le topinambour (bot. Helianthus tuberosus L., 1753), aussi appelé artichaut de Jérusalem, truffe du Canada ou soleil vivace, est une plante vivace de la famille des astéracées, dont l'espèce appartient au même genre que le tournesol (Helianthus annuus). Elle est cultivée pour ses grandes fleurs jaunes comme plante décorative, et pour ses tubercules comestibles.

Origine et histoire

Le topinambour est originaire d'Amérique du Nord (États-Unis et Canada), où il était cultivé par des tribus amérindiennes bien avant l'arrivée des Européens.

L'explorateur français Samuel de Champlain le découvre en 1603 lors de ses expéditions dans la Nouvelle France (actuel Canada) via ses interactions avec les populations autochtones. Il rapporte que les populations indigènes le cultivent de longue date comme fourrage et comme légume. Du fait de son importance pour la survie de ces populations, ce dernier était considéré comme un symbole de paix. Il était offert symboliquement lors des cérémonies sacrées.

L'avocat et voyageur Marc Lescarbot, qui embarque en 1606 à La Rochelle avec son ami Jean de Poutrincourt, atteint la colonie française de Port-Royal où Champlain lui fait découvrir le tubercule. Il en évoque le type, soit « une sorte de racine, grosse come naveau ou truffe » — d'où son autre appellation « Truffe du Canada » — « ayans un gout retirat des cardes, voire plus agreable, lesquelles plantées se multiplient come par dépit, et en telle façon que c'est merveille ». Il en rapporte en France.

Sa diffusion en Europe se développe rapidement grâce à sa culture facile, sa rusticité et sa forte multiplication végétative, même dans des sols pauvres2. Il est appelé poire de terre dans le Traité des aliments de Louis Lémery.

Passé de mode dès le milieu du xviie siècle, ce tubercule à la mode est mis à l'écart au xviiie siècle lorsque la promotion de l'agronome Antoine Parmentier fait de la pomme de terre, aliment plus calorique, la reine des tubercules.

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa consommation augmente, car le topinambour, tout comme le rutabaga (Brassica napus subsp. rapifera) et contrairement à la pomme de terre, n'est pas réquisitionné au titre des indemnités de guerre à verser à l'Allemagne. En effet, pendant la Première Guerre mondiale et les années qui suivirent, les populations civiles allemandes et autrichiennes avaient dû faire face à une quasi-famine et n'avaient survécu qu'en cuisinant raves et topinambours à toutes les sauces et en les servant à chaque plat et à tous les repas pendant les périodes critiques. Les soldats du Reich ne tenaient pas à revivre ce cauchemar de leur jeunesse.

Le topinambour en a longtemps gardé une mauvaise réputation : utilisé pour nourrir le bétail ou associé aux aliments de disette et aux souvenirs de guerre dans de nombreux pays d'Europe, ses détracteurs le qualifient de mou et fade. Sa richesse en fibres et en inuline peut engendrer des flatulences. Au début du xxie siècle, ce tubercule suscite un regain d'intérêt dans le cadre de l'engouement pour les légumes oubliés. Il est notamment réhabilité par des chefs de cuisine et sur les marchés où il est vendu parfois sous l'appellation d'« artichaut de Jérusalem »

Le topinambour est considéré comme une plante invasive en Suisse, il contribue à l'érosion des bords des cours d'eau en hiver .

GUCO00048
Poids
695
Villes
Akoura
Nouveau produit